Actualités locales

CRÉDIT IMMOBILIER : FAUT-IL ENCORE CHOISIR LE PEL ?

16 octobre 2018

Créé en 1969, le plan d’épargne logement avait pour objectif de favoriser l’accession dans le neuf et donc de dynamiser le secteur de la construction. Quelques années plus tard et autant de politiques fiscales, le PEL a bien changé, ses intérêts et ses avantages aussi. Avec la baisse des taux d’intérêt, de nombreux ménages lui préfèrent d’ailleurs le prêt traditionnel.

Quels changements pour le PEL en 2018 ?

Depuis son arrivée à la présidence de la République, Emmanuel Macron a posé clairement les bases de sa politique économique. Une politique en faveur des entreprises et donc des investisseurs qui choisissent de les soutenir. Dans ce contexte, les placements considérés comme peu risqués comme le PEL sont désormais moins bien récompensés.

Depuis le 1er janvier 2018, les intérêts générés par les PEL sont désormais entièrement fiscalisés et le prêt ne permet plus de bénéficier d’une prime d’Etat. Les conditions d’ouverture, de versement et de déblocage demeurent identiques, mais les intérêts évoluent quant à eux régulièrement. Depuis le 1er août 2016, ils sont de 1 %. Des changements qui ont conduit à une diminution drastique du nombre de PEL ouverts. Les ménages favorisant à présent les prêts classiques pour leurs financements, mais également le livret A et l’assurance-vie pour leurs placements.

31 millions d’euros ont été déposés sur les PEL en mars 2018, contre 1,3 milliard à la même période en 2016

Taux de référence des Crédits, impact prélèvement à la source

04 octobre 2018

Le prélèvement à la source est une vieille question, abordée pour la première fois en 1973. Avec son entrée en vigueur au 1er janvier 2019, les impôts seront directement déduits des salaires. Cette réforme pourrait avoir des conséquences directes sur les crédits et les investissements immobiliers si les banques ne changeaient pas leurs méthodes de calcul du taux d'endettement. En effet, le taux d’endettement qui est calculé en prenant en compte les revenus net mensuels avant l'impôt sur le revenu diminuera. Le taux d'endettement est primordial dans l'étude des dossiers de crédit puisqu'il sert de référence aux courtiers et aux banquiers pour calculer la capacité d'emprunt de leurs clients. Cela pourrait donc impacter le pouvoir d'achat immobilier. 

Cependant, certaines banques ont déjà laissé entendre qu'elles se montreront plus souples lors de l’étude des dossiers de demande de prêt. Les experts immobiliers rassurent quant à eux avec le fait que les banques devront prendre en compte le salaire net imposable et non le salaire net avant impôt pour le calcul du taux d’endettement. Pour ne pas avoir à retraiter le salaire, nous pourrions également imaginer que le taux d'endettement admis par les banques soit revu à la hausse afin de tenir compte de façon approximative de l'impôt sur le revenu. Pour les contribuables bénéficiant d’un avantage fiscal, (Pinel, par exemple) ils pourront profiter d’une avance de trésorerie de 60% dès le 15 janvier 2019 sur la base de leur situation fiscale de l’année antérieure. Enfin, les propriétaires ayant droit à des déductions fiscales suite à la réalisation de travaux en 2018 pourront imputer à 100% leurs dépenses sur leur revenus fonciers de 2018 et à 50% sur ceux de 2019.

Crédit Immobilier les taux pourraient remonter

04 octobre 2018

Les banques françaises ont maintenu en août le niveau général des taux d'intérêts des crédits immobiliers accordés aux particuliers, et risquent de le remonter pour suivre la reprise de l'inflation, selon une étude mensuelle publiée.

Toutes durées confondues, les taux des prêts du secteur concurrentiel ont atteint 1,43% en moyenne le mois dernier, comme en juillet, rapporte l'observatoire de l'institut CSA et du Crédit Logement, organisme comprenant les principales banques françaises parmi ses actionnaires.

Ces chiffres s'entendent bruts : ils ne comprennent par exemple pas l'assurance des prêts, systématiquement demandée par l'organisme créancier. À un moment où l'inflation dépasse les 2%, les taux des crédits immobiliers restent très faibles. Après avoir touché un point historiquement bas fin 2016, ils ont entamé un petit rebond en 2017 mais celui-ci a avorté.

«Les taux des crédits immobiliers se sont stabilisés dès juin dernier», peinant à descendre encore plus, souligne toutefois l'observatoire. 

Cette pause est classique en été, les banques réservant pour la rentrée leurs offres commerciales qui passent notamment par des taux plus bas.

Taux des prêts immobilier

25 septembre 2018

Malgré les craintes des professionnels, la légère remontée des taux d'intérêt est loin d'avoir freiné le marché de l'immobilier.

Il y a un an, les professionnels de l'immobilier redoutaient qu'une remontée brutale des taux d'intérêt ne grippe le marché immobilier. Leur crainte s'est avérée largement infondée.Depuis le plancher historique atteint au troisième trimestre 2016, à 1,31 % selon Crédit Logement, les taux des crédits immobiliers ne sont finalement que légèrement remontés et ont donc continué à porter une demande exceptionnellement dynamique.

Immobilier : les taux de crédit restent bas et continuent de doper la demande

25 septembre 2018

Malgré les craintes des professionnels, la légère remontée des taux d'intérêt est loin d'avoir freiné le marché de l'immobilier. Il y a un an, les professionnels de l'immobilier redoutaient qu'une remontée brutale des taux d'intérêt ne grippe le marché immobilier. Leur crainte s'est avérée largement infondée. Depuis le plancher historique atteint au troisième trimestre 2016, à 1,31 % selon Crédit Logement, les taux des crédits immobiliers ne sont finalement que légèrement remontés et ont donc continué à porter une demande exceptionnellement dynamique.

Salon Régional de l'Immobilier de METZ

04 septembre 2018

Salon Régional de l'Immobilier de METZ du 14 au 16 septembre 2018 au Parc des Expositions

Assurance-emprunteur : un marché de plus en plus fluide

28 août 2018

Afin de permettre aux emprunteurs de souscrire un contrat d'assurance autre que celui proposé par la banque prêteuse, la dernière loi autorise les clients à changer, tous les ans, l'assurance de leur prêt en signifiant la résiliation deux mois avant la date d'échéance.

S'ils sont encore réfractaires à l'idée de changer de banque, les Français n'hésitent presque plus à faire jouer la concurrence pour choisir l'assurance de leur crédit immobilier. Ces dernières années, les lois se sont succédé pour permettre aux emprunteurs de souscrire un contrat autre que celui proposé par la banque prêteuse. La dernière est entrée en vigueur en janvier. Elle autorise les emprunteurs à changer tous les ans l'assurance de leur prêt en signifiant la résiliation deux mois avant la date d'échéance.

«Lors de la souscription de leur crédit immobilier, les emprunteurs sont de plus en plus nombreux à demander des devis chez des assureurs concurrents de leur banque». Les jeunes cadres (moins de 35 ans), non fumeurs et en bonne santé, sont ceux qui ont le plus à gagner. Dans certains cas, ils parviennent à diviser par deux ou plus le montant de l'assurance-emprunteur.

Votre courtier MonMeilleurBanquier peut vous conseiller.

Crédit immobilier : les taux se rapprochent du plancher de décembre 2016

28 août 2018

Si vous avez un projet immobilier, il n’est pas trop tard pour emprunter : les taux ont encore baissé et les durées de prêt ne cessent d'augmenter, selon le dernier Observatoire Crédit Logement.

Les professionnels du crédit ne font plus de pronostics sur l’évolution des taux de crédits immobiliers en France, tant leur évolution leur donne souvent tort ! Depuis 2008, la courbe d’évolution des taux ne cesse de décroître (avec quelques pics en 2011, 2014 et 2016).

En dix ans, les taux moyens sont passés de 5,1 à 1,42%, selon le dernier Observatoire Crédit Logement.

Les taux se rapprochent du « plancher » de décembre 2016. Le mois dernier, les taux moyens (hors assurances) étaient de 1,25% sur 15 ans, 1,43% sur 20 ans et 1,67% sur 25 ans. Alors que l’inflation progresse, le taux de l’OAT à 10 ans ne s’est pas franchement relevé « les taux des crédits immobiliers ne devraient donc guère remonter en 2018, entre 1,50 et 1,55% au plus à la fin de l’année », estime le Crédit Logement.

Les banques prêtent toujours

Il n’est pas trop tard pour emprunter. Face à une demande de prêt qui ralentit (-3,2% pour la production de crédit sur 12 mois glissants et -8,5% pour le nombre de prêts accordés sur la même période), les établissements bancaires font les yeux doux à la clientèle potentielle d’emprunteurs, notamment les plus jeunes. La plupart des établissements de crédit amélioreraient les conditions des prêts qu’ils proposent aux ménages modestes.

Les jeunes de moins de 35 ans : la cible la plus rentable pour les banques

21 août 2018

Les jeunes de moins de 35 ans : la cible la plus rentable pour les banques

Image retirée.Critère autrefois déterminant pour l’obtention d’un prêt immobilier, l’apport personnel n’est aujourd’hui plus indispensable. Les banques acceptent en effet de plus en plus d’accompagner leurs clients dans leurs projets, ce malgré l’absence d’apport. Cette nouvelle donne est à la faveur des futurs acheteurs et notamment des jeunes qui se lancent dans l’aventure immobilière sans toutefois disposer d’un budget conséquent. À noter qu’il reste toutefois un atout pour obtenir un prêt à un taux intéressant, en particulier lorsque la situation du futur acquéreur n’est pas des plus favorables.

Il faut dire que les primo-accédants représentent la cible privilégiée des organismes financiers. Acheteurs aujourd’hui, ils sont les clients de demain, futurs consommateurs de nouveaux produits bancaires (épargne, assurance-vie…) puisqu’il est à parier que leur situation financière va évoluer au fil du temps. Un seul paramètre compte, les revenus mensuels de l’acheteur ou du couple.

5 000 €

5 000 € par mois pour un couple de moins de 35 ans à la recherche de sa résidence principale. Telle est la cible favorite des banques.

Des taux inférieurs à 1 % pour les revenus les plus confortables

Évidemment, les acheteurs qui présentent les revenus mensuels les plus élevés se démarquent logiquement des autres. Et si à un salaire confortable, s’ajoute un apport personnel conséquent, le ou les acheteurs ont de fortes chances de réaliser une excellente opération financière. Ainsi, ces derniers temps, on a vu de nombreux acheteurs bénéficier de taux d’intérêt inférieurs à 1 %. Alors que le coût d’un crédit était de l’ordre de 45 % du montant total du prêt en 2012, il est pour certains passé à 10 %.

Pour attirer les primo-accédants et les hauts revenus, les banques n’hésitent pas à proposer des taux très bas, mais également des solutions de sur-financement. En pratique, il s’agit pour la banque de financer un projet immobilier parfois en totalité car sans apport, mais également tout ou partie des frais d’acquisition et de caution.

En comparaison, notons que les taux moyens constatés en août 2018 sont plutôt de l’ordre de 1,40 % sur 15 ans, 1,60 % sur 20 ans et 1,83 % sur 25 ans. Une situation déjà avantageuse qui ne devrait pas beaucoup évoluer d’ici à la fin de l’année et devrait encourager tous les acheteurs potentiels.

Taux des prêts immobilier

06 août 2018

Image retirée.  

Au cœur de l’été, les taux restent parfaitement stables selon les courtiers en crédit immobilier. Et ils devraient se maintenir au plus bas pendant encore quelques mois.
Toujours pas de coup de chaud sur les taux ! Les baromètres établis par les courtiers, sur la base des barèmes communiqués par les banques, sont quasi identiques à ceux du début juillet. Et se maintiennent donc proches de leur plus bas niveau historique, enregistré à la fin de l'année 2016.
Environ 1,60% pour un prêt sur 20 ans

Si les estimations divergent, de façon marginale, un constat est unanimement partagé : pas d’évolution notable des taux moyens au cœur de l’été.

Pas de rebond à l’horizon
Le calme estival a de grandes chances de se prolonger à la rentrée à en croire les différents réseaux de courtage. « Les dernières déclarations de la Banque centrale européenne ne laissent pas présager de relèvement des taux [directeurs, NDLR] avant la seconde partie de 2019 »